A vos fourchettes, prêts, partez

AccueilConseils aux voyageursLa balançoire de Casa Del Arbol

La balançoire de Casa Del Arbol

 The-Crazy-Swing-At-Casa-Del-Arbol-1

Ça balance pas mal à Casa del Arbol, ça balance aussi aurait pu chanter France Gall et Michel Berger. Au final, les deux ont préférés nous parler de Paris. Ils n’en ont peut être pas eu l’idée. Dans ce petit coin de l’Equateur, la balançoire est loin d’être un jeu enfantin. Du moins, pas seulement. Une hauteur vertigineuse et une vue des plus somptueuses nous donnent une envie quasi instantanée de nous balancer au rythme qu’elle souhaite.

 

Ca balance pas mal à Banos

 

La Casa Del Arbol se situe dans la petite ville de Banos en Equateur. Si vous désirez vous y rendre, la facilité reste déconcertante. Rien à voir avec les îles Gallapagos ou le Saut de l’Ange dans le pays voisin. Banos se situe à moins de 200 km de Quito, la capitale du pays, autant se dire que c’est trois fois rien en Amérique du Sud. Car, oui, si vous n’avez jamais foulé le sol Sud Américain les distances entre les villes sont parfois dantesques. Les bus y sont en plus très réguliers.

3 euros suffiront si vous voulez vous balancer au rythme de Banos, je doute que ce ne soit pas le cas. L’avantage de partir de Quito est assez simple. Vous pourrez depuis ce point central, visiter bien d’autres endroits en Equateur si l’envie venait à se manifester. Sans oublier que la ville de Quito vous réservera de nombreuses surprises. Le service de bus est vraiment bon et peu coûteux. Comptez moins d’un euro pour une heure de transport. Abandonnez votre carte Navigo, l’Equateur sera meilleur marché.

Je ne vais cesser de le répéter dans mes récits d’Amérique du Sud, mais ne vous prenez pas la tête pour des réservations. Surtout, si comme dans le cas présent, vous avez plusieurs bus dans la journée. Je l’avais fait pour Lima/Cusco, mais la distance était nettement plus importante. Si vous avez peur, que l’appréhension pointe le bout de son nez … Prenez vos billets la veille ou bien tôt le matin à la gare de la ville. C’est une pratique courante. La réservation n’est pas dans les mœurs des Equatoriens, et plus globalement de la population Sud Américaine.

Egalement appelé « The Treehouse » et servant initialement de station de contrôle sismique. Comme quoi avec le temps, un endroit flirtant avec un ennui mortel peut vite se transformer en une extase sans aucun contrôle, un flirt vers l’infini. Chaque balancement pourra alors provoqué un état de liberté, un retour aux enfantillages. Enfin, soyons clair dès à présent … De grands enfants à la recherche de sensation forte. Puisque lorsque cette balançoire vous emmène dans les hauteurs, il ne faut pas avoir le vertige. Le flirt avec l’infini nous offre une vue unique et imprenable. Tous les voyageurs en mal d’adrénaline et de sensations fortes seront servis. Quoi de mieux qu’une infime planche en bois au bord du vide, pour assouvir son envie ?

On s’abandonne fort volontiers dans ce défi mêlant panorama de folie, vide et attraction atypique. Attention tout de même à ne pas lâcher les bras. Il reste évident que même si aucun accident n’est notable à ce jour, il faudra redoubler de vigilance. Ne laissez pas vos enfants prendre le contrôle de cette immense balançoire.

 

Une balançoire et après ?

 

Cette activité suffit souvent à notre venue dans la ville de Banos. Mais il faut savoir que cette ville qui ne présente aucun réel intérêt, mis à part sa jolie basilique, abrite de nombreux joyaux aux alentours. Ils raviront bon nombre de voyageurs. Commençons tout d’abord par la route des cascades, une route serpentant dans une somptueuse vallée et qui amène à la route de Puyo. Même si cette dernière est accessible via un véhicule à moteur, quoi de mieux que de l’emprunter avec un VTT ! La route ne fait que 20 km, souvent de la descente. Pour revenir, c’est d’une simplicité déconcertante, vous n’aurez qu’à mettre votre VTT (que vous aurez bien sur loué au préalable à Banos) à l’arrière d’un de ces bus qui fait la navette.

Tout au long de la route, vous pourrez admirer les plus belles cascades. La plus belle et la plus impressionnante est sans doute celle qui termine cette route : Punta del Diablo . C’est un plaisir sans fin, et on ne va pas s’en plaindre. Mais ce n’est pas tout. Les environs de Banos vous proposeront des sports extrêmes (Rafting, saut à l’élastique, moto, VTT, buggy, canyoning et j’en passe) , des volcans ainsi que les eaux thermales de la ville (la ville de Banos est réputée pour cela / Bains de la vierge notamment). Le Volcan qui porte le nom de Tungurahua est souvent invisible. Les nuages sont souvent capricieux et ne désirent pas montrer la nature sous son meilleur jour. Le sommet est inaccessible pour le public, mais vous pourrez vous en approcher pour avoir une vue relative.

En outre, Banos est une ville obligatoire si vous passez par l’Equateur.

2 Commentaires

Amandine@Unsacsurledos

Amandine@Unsacsurledos

18 avril 2014

Salut Mike,
Je suis allée en Equateur ... ou pas vraiment en réalité : je n'en ai vu que les Galapagos (et Guayaquil pendant 1 jour 1/2). J'y suis restée 6 semaines, et j'ai bien sûr adoré ^^ Mais je me suis toujours dit que je retournerai en Équateur et visiterai le pays.
Un des habitants de l'île était originaire de Banos, et m'en avait beaucoup parlé. Tes photos et retours d'expériences renforcent mon désir de m'y évader ! ;)
L'image du parapente m’attire +++ ! ;)
Au plaisir de te lire, à une prochaine !

Répondre

Mike

Mike

18 avril 2014

Merci Amandine. Plaisir partagé. Les Galapagos m'ont toujours énormément attiré, je suis en train de faire mon itinéraire TDM, on verra bien avec mes envies. En revanche les photos ne sont pas de moi mais de divers site. Je rends à Cesar ce qui lui appartiens. A bientot et bonne continuation :)