A vos fourchettes, prêts, partez

AccueilCarnets de voyageTorres Del Paine : Terre d’un rêve inachevé

Torres Del Paine : Terre d’un rêve inachevé

 IMG_8138

De Puerto Montt, il nous faut désormais rejoindre la ville de Punta Arenas, où se trouve les pingouins royaux. Selon les dires de certains, il n’y a que deux endroits aux mondes où l’on peut les admirer. Ici à Punta Arenas et en Antartique. Je ne pense pas faire un voyage en Antartique tout de suite, l’occasion de voir ces fameux pingouins se présente alors. Mais pas question de prendre le bus, au vue de la forme du pays … Cela pourrait nous prendre plus de 30h. Le vol nous coûtera près de 100 euros. La Patagonie Chilienne est à nous !

 

Une rencontre inattendue

Nous reprenons l’avion, cela fait bien deux bonnes semaines que ce-dernier n’existait plus pour nous, et je ne m’en suis jamais plaint. Tout simplement car il ne m’a absolument pas manqué. Nous n’avons pas le choix et c’est avec le taxi que nous rejoindrons l’aéroport de Puerto Montt. Ce matin, nous avons raté le bus à quelques minutes près, pas la meilleure façon de bien débuter une journée. L’aéroport n’est pas si loin, les frais seront donc minimes. 15 minutes tout au plus. L’aéroport est tout petit, le temps d’attente est minime, et dans l’avion nous aurons de la place pour nos jambes …

A Punta Arenas nous rencontrons Diana, une Mexicaine désormais basée dans la grande ville américaine de Houston, oui cette fameuse ville où j’ai eu la peur de ma vie. Elle ne sait pas vraiment comment rejoindre la ville, mais dispose d’une auberge de jeunesse bon marché. Tout ce dont nous avons besoin. Arrivés à l’auberge en question, Diana ne paye pas tout de suite et réfléchit. C’est elle qui a raison … Le tour pour aller voir les Pingouins coûte près de 100 euros, je ne suis, nous ne sommes pas prêts à mettre une telle somme. De plus, il est impossible d’y aller par nos propres moyens, et il nous faudra rester un jour de plus. Le tour n’est disponible que deux jours dans la semaine … Tant pis il faut trouver autre chose pour évacuer la mini frustration. Nous avons déjà payée l’auberge de jeunesse, malheureusement dans cette ville il n’y a strictement rien à faire.

 

Adieu les pingouins, bonjour Torres Del Paine

 

La gérante de l’auberge se montre très compréhensive et nous rembourse la totalité … Même les 10 % de dépôt sur le site hostelworld.com, nous sont réattribués. Je ne pouvais pas rêver mieux. Sur internet j’ai vu qu’il y avait un bus pour Puerto Natales, ville qui semble plus proche de Torres Del Paine, un des parcs qui me tentent le plus ici … Depuis que je sais que je descends le long du Chili, je ne veux pas rater Torres Del Paine. 3h de bus, il est 19h. L’auberge est toute trouvée ! Moins de 13 euros ça ira bien pour cette fois. Nous changeons de ville à notre plus grand bonheur. The Singing Lamb est une des meilleurs auberges que j’ai pu faire, et dans cette petite ville de Puerto Natales, elle est idéalement située. Non loin d’une petite supérette bien utile.

Demain, nous partirons pour le parc national de Torres Del Paine. En attendant un bon plat de pâtes nous attend. On fait avec les moyens du bord. Octavio, le gérant de l’auberge, nous prêtera même tente et sac de couchage pour notre mini trek à Torres Del Paine. C’est l’heure de dormir. Le lendemain matin, nous faisons la rencontre de Christian et Emilie, qui sont en plein tour du monde. Cela fait près de deux mois qu’ils sont au Chili, je trouve ça énorme ! Ils prennent leur temps c’est le moins qu’on puisse dire. Il n’y a aucune barrière de la langue puisque ces derniers sont suisses. Nous prenons le même bus, l’occasion pour nous de parler un peu de l’Europe. Nous avons un peu de route, ce bus transporte d’autres touristes qui sont là uniquement pour un tour. Vu que nous ne sommes pas dans la saison estivale, aucune différence n’est faite. Il nous faut faire avec.

 

Une déception énorme

 

L’entrée du parc enfin. A l’auberge on nous avait dit qu’il n’y aurait aucun problème pour trekker même en cette saison. Mais la vérité est tout autre, les rangers nous mettent en garde, si nous n’avons pas une solide expérience de la montagne, il vaut mieux renoncer. C’est dur, très dur et ça se bouscule dans ma tête. La décision est unanime lorsque la neige s’abat sur nous … Mais pour revenir nous devons attendre le bus. Les Rangers nous chambrent un peu, un peu beaucoup même. J’ai du mal à m’y faire, je suis dégouté. J’avais tellement envie de voir « les tours du parc », et tout ce qu’elle propose. Nous regardons le film du parc en attendant. Au vue du temps, nous n’aurions pas pu faire cela en totale autonomie. Renoncer fut la meilleure décision, mais que c’est dur. Sur les photos, vous vous direz sans doute que c’est magnifique, mais au vue du potentiel de ce parc, ce n’est rien. Il avait bien plus à m’offrir.

Sur la route du retour, je ne dirais pas un mot. J’ai hâte de quitter cette ville, et de leur laisser ce mauvais souvenir. Revenir sur la route et faire quelque chose. Le statique ce n’est vraiment pas fait pour moi. Nous devons rester une nuit de plus … Mais avant nous passons à la station de bus. Le départ à lieu demain selon « internet », mais au vu du temps et de la saison j’ai un vrai doute. Mon doute est confirmé, pas de bus dans deux jours. Hum … Ca sent pas bon tout ça. Au final je trouve un bus pouvant nous ammener à Rio Gallegos, c’est la seule solution, sinon c’est l’avion. Depuis Rio Gallegos, il faudra prendre un autre bus qui nous amènera à Ushuaïa, c’est tout un programme.

 

Ushuaïa : Le bout du monde ou presque

Ni une, ni deux, je prends les billets. Ce n’est pas le moment de se poser la moindre question. Nous l’annonçons à nos amis du jour. C’st une bonne chose, le temps ne s’arrangera pas demain et de plus ça nous fait gagner du temps, sur notre dit programme. Le matin nous arrivons à Rio Gallegos, une ville que pas mal de monde doit ignorer l’existence … Ce n’est pas pour rien. Il n’y absolument rien à faire. Dans la foulée donc un autre bus, et nous voici enfin à Ushuaia, j’espère vraiment que ça va mieux se passer. En même temps, j’ai du mal à croire que ça puisse être moins bien. Demain, au programme Tierra Del Fuego National Park ! Pas question de rester dans l’auberge à glandouiller !

Les articles liés !

de ceux qui vont éveiller vos papilles...

3 Commentaires

Piotr

Piotr

29 octobre 2014

Je pars sous peu effectuer le trek Torres del Plain justement... et quelques autres sorties de trek :)

Répondre

Mike

Mike

29 octobre 2014

J'espère que tu auras plus de chance que moi ! La météo peut être très capricieuse en Patagonie ...

Répondre à Piotr Annuler la réponse.