A vos fourchettes, prêts, partez

AccueilCarnets de voyageLong Week End à Dublin : Un vrai bol d’Eire

Long Week End à Dublin : Un vrai bol d’Eire

IMG_8617

Cela fait tout de même un long moment que nous ne sommes pas partis. 11 Novembre ? Un jour férié et un long Week End à prévoir. Mais où partir ? Florence, Barcelone, Dublin. Une longue hésitation suivra … L’argument choc? Autant ne pas vous mentir, ce sera le prix. Le moins cher? Dublin en Irlande. En plus ça tombe bien, aucun de nous deux n’a encore foulé la terre de ce pays! Puis Julie a l’argument choc, de toute façon en Irlande il pleut, alors autant y aller en Novembre! 66 euros aller/retour depuis l’Aéroport de Beauvais ! Il faudra bien sur payer le covoiturage et partir très tôt. Mais ce n’est pas un problème.

 

L’arrivée en Irlande qui fait Dublin

 

9h, aéroport de Dublin, nous y sommes. Il fait gris, il y a des roux et des pubs de bières partout, pas de doute sur la destination. Pas de temps à perdre, nous n’avons que 3 jours pour explorer cette ville dont nous ne connaissons absolument rien. Le bus pour aller dans le centre ville n’a pas été facile à trouver. Nous ne voulions pas prendre les bus faisant la liaison direct, tout simplement pour payer moins cher. Pour info chercher un bus Bleu et Jaune …  Le prix d’un billet de bus ici est assez cher. Près de 2.5 euros le ticket si vous prenez directement dans le bus. Pour réaliser des économies, prenez un ticket à la journée 6.9 euros ou 10 euros (Leap Card) si vous voulez également prendre le train. Pour la semaine cela vous coûtera un peu plus de 29 euros (uniquement pour le bus) et 40 pour bus et train. Mais avec un peu plus de 10 trajets, la carte sera rapidement amortie. Pour acquérir une de ses cartes, prenez les directement à l’Aéroport ou dans toutes les grandes stations « DART ». Pour être honnête, les premières impressions de Dublin ne sont pas vraiment dingues. Le centre ville manque cruellement de charme, mais Dublin doit bien avoir d’autres choses à nous offrir.

Nous ne sommes plus très loin de l’auberge de jeunesse, nous l’avons choisi géographiquement, pour ne pas être loin de Temple Bar. On ne sait jamais, si Julie décide de boire à outrance, car moi je suis très raisonnable (Julie, me voyant écrire ça, s’étouffe volontairement). Oui, bon c’est vrai que mon lever de coude n’en ai pas à son coup d’essai, mais c’est seulement pour montrer l’exemple. Nous y voilà, Abigails Hostel. Juste à côté d’un supermarché. Idéal pour faire de belles économies. L’Auberge ressemble plus à un hotel moderne qu’autre chose, mais le prix nous avait conquit pour 12 euros la nuit en dortoir. Nos bagages posés, nous repartons. Le temps n’est pas si mauvais, et selon le bulletin météo c’est la seule journée potable avec même un petit rayon de soleil à venir! L’occasion de faire quelque chose en extérieur !

 

Howth : Les falaises à 1h de Dublin

 

Pas le temps en 3 jours pour faire un tour du côté des falaises de Moher. La solution ? Quelque chose se trouvant à la sortie de Dublin. Pas facile à prononcer mais Howth semble nous garantir une belle après-midi. Pour s’y rendre rien de plus simple. Il suffit d’aller sur Talbot Street et de prendre le bus 31 A ou de prendre le DART à la station Tara . Cette solution est bien plus courte mais le bus permet de longer la côte. Personnellement, nous ferons bus à l’aller et train au retour. Attention tout de même à regarder les horaires avant car le bus ne passe que toutes les 30 minutes de souvenir (surtout le dimanche) . Vers 13h nous sommes dans le bus. Un éclat de rire, quand nous devons prononcer le nom de notre arrêt au conducteur. L’accent Irlandais est parfois difficile à apprivoiser. Nous allons à l’étage pour apprécier au mieux le paysage. Il y a énormément de monde, nous ne sommes pas les seuls à avoir eu l’idée de visiter Howth cet après-midi !

 

Une vrai bonne surprise

A peine entré dans le bus, je m’endors. La fatigue de ma semaine de travail et le réveil ultra matinal se fait ressentir. Julie, en revanche, ne perd pas une miette du trajet. 50 minutes plus tard, nous y sommes. Nous avons choisi de nous arrêter au terminus (Howth Summit) afin de rejoindre le centre en longeant les falaises. Une jolie petite balade en perspective. Le soleil lui, a du mal à pointer le bout de son nez, les photos sont forcément un peu moins belle. 20 minutes plus tard, comme par enchantement un énorme rayon de soleil. Le plaisir s’en voit décuplé. Forcément on s’arrête bien volontiers au différents spots qui s’offrent à nous. Cette petite balade prendra une bonne heure si vous vous y attardez (et c’est une obligation). Arrivés sur le port, vous aurez la possibilité de passer par le marché artisanal de Howth. Attention car il n’est ouvert que le Week End. Raison de plus pour y aller le Dimanche, nous avions bien flairé le coup. Enfin, Julie avait fait des recherches, je le concède ! Des fois ça sert de préparer un minimum (prends toi ça dans la tronche Mike ! ). Dans ce marché, vous trouverez un peu de tout, mais surtout de la bouffe. Ça tombe bien, c’est ce qu’on est venu chercher. Un bon chocolat chaud accompagné de gâteaux gourmands made in « Irlande« . Le ventre bien plein nous voici sur le chemin de retour par le train et effectivement c’est bien plus court ! Howth aura été la première bonne surprise de notre périple à Dublin. Nous espérons qu’il y en aura d’autres. Morphée nous attend de pied ferme, ça tombe bien j’ai pris rendez-vous.

 

Guinness Storehouse : Le temple de la bière Irlandaise

 

La nuit fut courte, mais reposante. Il fallait bien ça pour attaquer une nouvelle journée. La grisaille et un peu de pluie nous accompagnerons toute la journée. Nous remontons Temple Bar, le quartier d’institution des bars à Dublin. L’ambiance est vraiment atypique, j’ai hâte d’y faire une halte. Ce matin, direction le musée du breuvage noir irlandais connu de tous, la Guinness. Comment ne pas y passer lors d’un Week-End à Dublin ? C’est inconcevable ! 30 minutes plus tard, et non sans s’être arrêté à plusieurs reprises devant d’innombrables restaurants et pâtisseries. L’heure est à la bière ! 14 euros l’entrée grâce à une petite réduction sur internet, avec une traduction audio gratuite, ce serait dommage de ne pas en profiter. C’est top car nous sommes libre d’utiliser notre temps comme nous le voulons. Pas de guide qui nous dicte la visite. Le secret de la Guinness ce sont les malts utilisés pour sa fabrication. Ils sont soigneusement torréfiés et les grains d’orge sont grillés. C’est ce qui lui donne son goût si particulier. On aime ou on aime pas, mais la Guinness ne laisse jamais vraiment indifférent.  A l’étage on se retrouve à la Tonnellerie/ Brassage. Ici on vous montre le processus pas à pas et vous raconte également de drôles d’anecdotes. Par exemple, pour devenir Tonnelier (métier ultra prisé à l’époque) il faut suivre une formation de 7 ans, puis se mettre dans son propre tonneau et y mettre le feu ! Vos supérieurs balanceront des copeaux de bois et des bouteilles de bières. C’est assez particulier je vous l’accorde.

L’histoire de la Guinness est riche et très intéressante. On nous explique notamment que l’emblème de l‘Irlande a du être incliné différemment pour ne pas plagier le logo de la Guinness … C’est certain, ce n’est pas une simple bière, c’est une institution. Nous arrivons enfin à  la Guinness academy, le lieu où l’on apprend à servir une Guinness dans les règles de l’art pour bien sûr la déguster après.  Et en prime, nous repartons avec notre diplôme, comme pour parachever cette visite. Pour finir, un passage par le bar du dernier étage pour apprécier la vue de Dublin.

 

Découverte de la ville : Entre architecture et gastronomie

 

Après avoir bu, il faut bien se restaurer. Dans la grande rue de Dame Street, nous trouvons un pub/ brasserie avec des plats typiques. Il ne nous en faudra pas plus. Bœuf à la Guinness pour Julie (et oui, elle est accro) et Saucisse, pommes de terre pour moi. A peine 10 euros par plat et un serveur très sympa. En sortant, nous passons par le plus vieux pub irlandais, The Brazen Head datant de 1198, ayant vraiment une déco et une ambiance très sympa.

La première grande déception ne tardera cependant pas à venir. Julie adore les églises et j’ai même décider de l’accompagner. Saint Patrick’s et Christ Church semble être celle à voir. Mais il faut payer près de 7 euros pour y rentrer. Une abération … Je veux bien payer 3/4 euros pour aider à la restauration ou autres, mais 7 euros (minimum), c’est vraiment pas donner. D’un commun accord, nous décidons de ne pas payer, et resterons à l’extérieur. Si nous avons le temps, nous reviendrons peut-être pour un concert de gospel, autant qu’à faire, payons pour quelques chose.

Mais il en faut plus pour nous arrêter, et partons jeter notre dévolu sur le château de Dublin. Mais là, seconde déception. Rien de charmant. Et nous ne sommes pas les seuls à le penser. Non loin de là nous tombons sur un parc, l’heure de faire une pause balançoire. Julie maîtrise mais pour ma part, ça fait tellement longtemps, que je perds mon équilibre et me ramasse comme une loque dans les feuilles … Un fou rire garanti de plusieurs minutes.

 

La pause gourmande

Mais en fait, nous n’avons pas pris de dessert! Et hop, une pause gourmande chez le très connu Queens of tarts ( A ne surtout pas louper) avec chocolats chauds et carrot cakes. Il est déjà 17h, direction Trinity College et sa fameuse librairie (l’un des plus grands Campus du monde). La visite coûte 10euros, avec un supplément si nous voulons un guide… Il est vrai que cette librairie est impressionnante mais le prix n’est pas amorti … En moins de 30 minutes la boucle est bouclée. Je savais que visiter Dublin nous coûterait cher, mais là c’est un peu trop …. Si nous avions su et malgré les recommandations, nous n’y serions probablement pas aller.

Après avoir flâné dans les magasins et un passage au supermarché, nous retournons à l’auberge pour un repas qui nous coûtera trois fois rien. Une soirée plutôt tranquille. Dans cette grande pièce à vivre, tout le monde est sur son pc, sa tablette ou sur son téléphone portable. Personne ne se parle, c’est assez particulier. Un silence de cathédrale, à défaut d’avoir pu les visiter! Julie me fait la réflexion. La technologie aurait-elle cassé les rapports humains? L’abandon du matériel informatique ne semble se faire que pour se doucher ou dormir. L’aparté étant faite, nous regardons ce que nous pouvons faire demain, et l’activité semble toute trouvée. Dehors, il pleut des cordes, ce qui nous décourage quelque peu à aller boire un verre, ou deux ou trois. On se réserve pour le dernier jour.

 

La Pluie laisse place au Whisky

 

9h et après un bon petit déjeuner avalé vitesse grand V, nous continuons la visite de Dublin. Après un bref passage au National Gallery of Irland, nous allons faire un petit coucou à la statut d’Oscar Wilde au Merrion Square. La pluie s’étant arrêtée quelques temps, nous passons par le très beau parc St Stephen Green et flânons au Green Shopping Center.

Puis direction l’autre rive, en direction du Spire pour manger. Mais où? La gastronomie Irlandaise n’est pas horrible mais elle reste limitée. L’occasion de tenter « Eddie’s Rockets ». Un Fast Food Américain des années 60, qui semble offrir de bonnes garanties. Car oui, tous les burgers ne se valent pas ! Ici on laisse place au goût, au bacon crispy et aux frites savoureuses! Le ventre bien plein, et après plusieurs pauses dans les magasins pour nous mettre au sec (car nous sommes trempés comme des rats), l’heure est à la dégustation à la distillerie Jameson. La visite est bien plus cadrée que Guinness. Un mal pour un bien, car les explications que nous donne le guide sont excellentes. Fermentation, distillation, conservation, ingrédients, historique de Jameson, différence avec le scotch Ecossais et l’Américain.

Le Whisky Irlandais est distillé 3 fois, ce qui lui permet d’avoir un gout incomparable ! On voit également la différence entre un Whisky jeune, très clair et un Whisky de 18 mois d’âge, bien plus brun ! Julie a un petit faible pour l’Irlandais, même si sa grimasse en dit long ! Je crois qu’au final le Whisky ce n’est pas fait pour elle. Entre temps la pluie ne s’est pas vraiment arrêtée. Elle est fautive dans notre énième escapade gourmande. Cette fois-ci, nous voilà à KC Peaches ! Vous en retrouvez un peu partout dans la ville. Petit passage par l’auberge pour récupérer no sacs et le moment est venu pour nous d’aller vers Temple Bar pour sceller ce Week End.

 

La folklore Irlandais sonne la fin du voyage

 

La fin est proche, autant bien finir. Nous allons dans le bar mythique « Temple Bar« , sûrement très touristique mais c’est pour marquer le coup. J’espère juste qu’il n’y a pas que de la Guinness (Oui, je ne le dis pas trop fort … Je pourrais être viré du bar). Le bar est blindé, pas facile de trouver une placer assise. A force d’insister, nous finissons par trouver deux tabourets en face de la scène. Devant nous, un groupe de trois personnes très doué, jouant de la musique Irlandaise. 2 h se passerons avant que nous daignions quitter le bar. Non sans avoir goûter au cidre répondant Bulmers.  J’ai l’impression de ne pas me faire dévisager … Oui car ne pas consommer de Guinness ici, c’est comme réchauffer une Pizza en Italie. J’abuse à peine. Un dernier petit tour dans les rues de Dublin avant de prendre le bus pour l’aéroport. Notre vol est à 6h du matin, pas la peine de repayer une nuit d’auberge, ous dormirons à l’Aéroport.  A notre grande surprise nous sommes loin d’être les seuls et pouvons nous installer sur les banquettes qui appartenant au Mcdonalds. La seule condition sera de montrer nos billets aux policiers effectuant une patrouille, qui prennent même le temps de nous dire quelques mots de français. Ça y est, nous pouvons roupiller tranquillement. La nuit fut courte, mais loin d’être désagréable. Je n’ai jamais aussi bien dormi dans un aéroport. Dans 3h je dois aller bosser, une contrainte largement acceptée pour un bon petit week end.

 

Top 5 Dublin

1 – Une soirée dans le quartier de Temple Bar

2 – Howth

3 – Le Guinness Storehouse

4 – La distillerie Jameson

5 – Trinity College

Les articles liés !

de ceux qui vont éveiller vos papilles...

5 Commentaires

Pierre Philippe

Pierre Philippe

27 janvier 2015

Hello Mike, merci pour ce bel article.. j'ai pas mal voyagé dans le monde et je vis au Maroc mais helas je ne connais pas L'irlande. Ce bel article m'a donné envie d'y aller .. pour découvrir le pays de U2 et écouter de la bonne sic folk dans les pubs ..bon voyage

Répondre

Mike

Mike

29 janvier 2015

Bonjour Pierre Phillipe, si mon article t'as donné envie d'y aller, alors j'ai tout gagné ! N'hésite pas si tu as besoin de conseils. Je suis toujours dispo pour parler voyage.

Week-end Evasion

Week-end Evasion

31 mai 2015

Whisky, rock, bière, culture... Dublin est fait pour moi :) J'y suis allé il y a bien longtemps mais c'est dans mes projets d'y retourner... pour la Saint Patrick :)

Répondre

Mike

Mike

1 juin 2015

C'est clair que ça doit vraiment être top d'y aller pour la Saint Patrick. Dans nos projets également.

Le monde gourmand de Julie - Episode 1 : Dublin - Le monde au menu

Le monde gourmand de Julie - Episode 1 : Dublin - Le monde au menu

4 janvier 2016

[…] Pour avoir plus d’infos : Dublin – Un vrai bol d’eire […]

Répondre