A vos fourchettes, prêts, partez

AccueilCarnets de voyageZagreb / Chutes de Plitvice : Le jour et … La nuit

Zagreb / Chutes de Plitvice : Le jour et … La nuit

 IMG_1833

Couché relativement tôt, le réveil sonne .. déjà, je le repousse fièrement, mais ne tarde pas à me faire violence. Je dois quand même partir prendre le bus à 7h30. Je ne connais pas encore bien le système Croate, faut-il avoir 15 ou 30 minutes d’avance, peut-on plonger dans le bus, à la dernière minute ? Je vais bientôt le savoir. Je m’habille, hop un verre de jus d’orange acheté la veille dans une station essence, et me voilà fin prêt.

 

Plitvice : Seulement à deux heures de route

 

15 minutes après le départ, me voici à la gare routière de Zagreb. Au passage, j’ai vu une église qui avait l’air sympathique, j’aurais presque été tenté d’y rentrer, comme pour trouver une satisfaction à cet arrêt dans la capitale… Bref, il est 7h et vu que je ne sais toujours pas comment les bus marchent ici, je préfère être en avance. 92 kunas c’est le prix que l’on m’annonce pour rejoindre les chutes de Plitvice. 8 euros à peu près … Pour 2h de route, je trouve ça correct. 20 minutes d’attente et le bus est déjà là. J’ai horreur de payer en plus … C’est encore le cas, comme en Argentine, vous devez payer pour mettre votre sac en soute. Vous pouvez toujours trouver une excuse, comme dire qu’il y’a des choses fragiles, ou que vous avez perdu votre porte-monnaie, ou encore qu’il ne vous reste pas assez pour lui. C’est genre 7 kunas (1 euro), mais à chaque bus, cela devient un peu barbant. Peut être suis-je trop proche de mes sous pour certains, ou simplement une envie de ne pas dépenser à tout bout de champs pour d’autres. Choisissez votre camp. Le bus est ultra spacieux, du jamais vu.

 

Plitvice sous un temps pluvieux

 

Ça y est, il est 9h45 et j’arrive à l’arrêt de bus Plitvice. Nous sommes à l’entrée numéro 2, point de départ des chutes. Pour poursuivre mon chemin, je dois m’acquitter d’un billet d’entrée, pour la modique somme de 55 kunas, soit moins de 8 euros. Hop, je descends. Les Japonais présents dans le bus, et par ailleurs relativement bruyant n’ont rien pris. Mon large sourire quand je les croise, veut absolument tout dire. Vous avez marchés 30 minutes pour rien. Attente du bateau, 20 minutes à tout casser et me voilà dans le bon sens. Prêt à voir ce que ces chutes ont dans le ventre. Pas facile de me contenter lorsqu’on sait que j’ai déjà fait les chutes d’Iguazu, de Montmorency, et du Niagara. J’ai peur de ne pas trouver satisfaction ici. Ce serait une véritable désillusion si c’était le cas. Après Zagreb, Plitvice ? Non je ne veux pas y croire.

On va commencer par le point culminant : Le mirador. Je me rappelle qu’au Périto Moreno c’était vraiment cool, mais là je trouve que la vue n’apporte pas grand chose, surtout que les premières chutes, à peine 10 m de hauteur, n’offre pas un panorama exceptionnel. Si on continue sur cette lancée, je risque de rester sur ma fin.

 

Au coeur du parc

 

Puis direction le chemin … Bien plus bas, seulement 10 minutes de marche, me voici sur des mini escaliers, faits de bois, avec des ponts made in Croatia. Les chaussures trempées, j’aurais dû prendre mes goretex, mais au final ça m’amuse, enfin de quoi me réjouir. J’en avais un peu marre de ce chemin préconçu, de savoir ce que j’allais voir. Un mirador c’est souvent la même chose … Plus tu avances, plus tu t’en doutes. Alors que là, c’est tout le contraire. Je pense avoir fait le bon choix, puisque ça monte Crescendo, j’ai vraiment envie de poursuivre, de découvrir la prochaine chute. Pour l’instant ce ne sont que des petites chutes, mais j’ai foi de voir autre chose, quelque chose de grand.

 

Le côté nature sauvage est idyllique, plus aventurier que les autres chutes, même si bien moins en altitude, moins impressionnant également. Les petits ponts, le fait de chercher un endroit sec pour marcher, tout cela s’ajoute au charme du lieu. Le seul problème est que le soleil n’est pas au rendez-vous, et pourrait participer à une perfection inavouée. Je m’arrête, dégaine mon appareil photo, sans le ranger dans mon sac … C’est bon signe, les chutes me communiquent quelque chose de différent, quelque chose que je n’ai jamais vu. Que ce soit en Amérique du Sud (Brésil et Argentine) ou en Amérique du Nord (USA et Canada). Plus petites certes, mais la magie du lieu opère, il m’en fallait cependant un peu plus … Et ce petit plus, je l’ai eu après quelques minutes de marche.

En descendant, une première chute splendide, un lac d’une couleur irréaliste, sortant assez largement de l’ordinaire. Décidément, cet endroit ne finit pas de me surprendre. Puis l’apothéose, la chute de 100m proche de la fin du parcours. Un bruit assourdissant, une communion quasi directe, bref tout ce que j’aime. J’immortalise le moment en bloquant mon réflex à l’aide d’une pierre. Bien sur cela à un coup … Mon appareil prend un peu la flotte, il restera moins performant de longues minutes, avec un flou notable sur certaines photos. C’était le prix à payer. J’ai oublié de mettre du journal autour, pour éviter tout risque d’oxydation. Plus de peur que de mal cependant.

 

Un panorama splendide malgré la météo

 

Plus haut, le point de vue est juste sensationnel, les couleurs sont vraiment tops, je maudis ce soleil de ne pas être venu, car à coup sûr, cela peut changer la donne. Rendre ce lieu d’apparence superbe, à un lieu tout bonnement féerique. On ne peut toutefois, pas tout avoir. La basse saison m’a tendu les bras et vu le peu de touristes, je ne vais vraiment pas m’en plaindre.

Il est déjà 13h, me voici dans l’autre entrée, je regarde les horaires de bus. Le dernier est dans 50 minutes, je me rends à Sebenik, un peu plus bas que Zadar, et non loin du parc national de Krka qui pourrait attirer mes faveurs. Je note quelques infos sur mon carnet de voyage (les horaires si je reviens un jour), pour être encore plus complet sur mes infos. Par ailleurs pour Zagreb, vous pourrez rentrer à 6h50, 12h50, 13h45, 17h15 ou 17h50. Si vous désirez vous rendre à Zadar, Sibenik ou Split, ce sera : 9h45, 13h50, ou 14h30 (mais c’est un direct pour Split). Mon bus arrive déjà … Je cours car il n’est que 30. La compagnie se nomme Varazbin … c’était pourtant pas noter. Un conseil, soyez en avance.

Le chauffeur ne veut rien savoir, les bagages c’est en soute … Je me retiens. Bref, pas très grave car le trajet ne me coûte que 114 kunas, soit 15 euros. 5h30 de trajet. Je lui donne donc 221 kunas, il me dit d’attendre. Oui certes mais ça fait une plombe … Ma patience à des limites, je me déplace à l’avant du bus pour lui faire remarquer. Son anglais est quasi inexistant, et que dire de mon croate. Les difficultés de compréhension commencent. Un couple à l’arrière du bus m’aide. Après de longues minutes, il se décide enfin à me rendre mon dû. Il prétexte avoir eu beaucoup de paiements et ne pas s’en rappeler. Je le trouve de mauvaise foi … Il doit faire cela à tous les touristes qui ne parle pas un mot de Croate (je vais apprendre quelques mots pour que cela ne se reproduise pas). Il me serre la main, comme pour enterrer la hache de guerre. Cela pouvait se voir su mon visage, que son geste m’avait énormément déplu.

Peu importe, le trajet se poursuit. Le soleil tape enfin, je me mets à rêver d’une journée ensoleillée demain. Il est 18h, et sur le trajet j’ai vu tout le charme de la Croatie, bien loin de celui inexistant de Zagreb. Des petites maisons supra charismatiques, des routes en altitude et très étroites, la Croatie que j’attendais est là. Renseignements auprès de la station de bus pour demain. C’est confirmé, j’irais à Krka. 25 km seulement.

Les articles liés !

de ceux qui vont éveiller vos papilles...

3 Commentaires

Grain de Blé

Grain de Blé

27 février 2014

je confirme : avec le soleil c'est juste féerique !!! mais ... y avait foule en contrepartie ! (et beaucoup moins d'eau dans les chutes !)
je pense que tout le parc ne doit pas être ouvert (j'ai payé mon entrée le double et je n'ai pas eu le temps de faire tous les chemins en une journée entière).

Répondre

Mike

Mike

28 février 2014

Bah j'ai pas vu d'autre chemin possible, donc je pense avoir tout fait. C'était sympa, et ce côté nature sauvage m'a plu, mais si je dois faire une comparaison avec les chutes d'Iguazu ... Le Brésil et l'Argentine l'emporte haut la main. Mais j'encourage tout le monde à y aller.

Gwendoline

Gwendoline

26 juillet 2018

Plitvice, avec le soleil, est un lieu magique. Un petit paradis vert. L'un de mes coups de cœur en Croatie.
http://danslavalisedegwen.com/2017/05/28/la-croatie/

Répondre

Répondre à Grain de Blé Annuler la réponse.